Equitation éthologique Quelques rappels...

Apprendre à « parler cheval », c'est apprendre à l'observer, à connaître son langage et à créer une relation de confiance et de respect mutuels. Mais c'est aussi maîtriser ses émotions, vaincre ses peurs, se remettre en question, et surtout se faire plaisir en toute sécurité au contact des chevaux !

Voir aussi nos activités pour les enfants et les adultes.

L'évolution du cheval

L'ancêtre du cheval est apparu il y a 57 millions d'années alors que l'homme n'était qu'au stade du petit singe primitif.

L'Equus caballus (le cheval domestique actuel) serait apparu il y a environ 1,5 millions d'années. C'est avec l'arrivée de l'Homo sapiens il y a 40 000 ans, que les premiers témoignages de chasse ont pu être retrouvés.

Les premiers éléments de domestication datent d'environ 5 000 ans. Ce qui signifie que le cheval a été chassé par l'homme pendant près de 35 000 ans, alors que seulement quelques 300 générations de chevaux ont été domestiquées !

C'est en grande partie pour cela que nous sommes actuellement encore, pour nos chevaux domestiques, de simples prédateurs !

L'utilisation du cheval

La domestication du cheval a servi en premier lieu de moyen de transport : tirer des chariots, servir à la guerre... L'équitation, c'est-à-dire le fait de monter à cheval, serait apparue il y a 3 000 ans environ.

Depuis, il continue à travers le monde, à être utilisé par l'homme pour se déplacer, pour porter des charges, pour travailler la terre, pour son lait, et depuis le XXème siècle seulement, pour nos loisirs.

Les contraintes de la domestication

Avant d'aborder toutes les contraintes liées à la domestication, n'oublions pas de rappeler que « grâce » à l'homme, le cheval domestique peut aujourd'hui, dans la plupart des cas :

  • Etre nourri.
  • Etre soigné.
  • Etre protégé des intempéries.
  • Etre protégé contre les prédateurs.

Cependant les contraintes sont nombreuses, que ce soit dans les pays où le cheval est encore un outil de travail, mais également dans nos pays occidentaux, où le cheval doit répondre à nos besoins de divertissement et de consommation.

Il est, dans la majorité des cas, privé de ses besoins vitaux :

  • De l'espace pour pouvoir se déplacer librement.
  • De l'herbe pour pouvoir se nourrir correctement.
  • De ses congénères pour créer du lien social.


De plus :

  • La reproduction n'est que très rarement effectuée dans des conditions naturelles (monte en main, insémination).
  • Les hongres créent un « 3ème type » de sexe.
  • Le sevrage est « forcé » à 6 mois alors qu'il a lieu à 2 ans en milieu naturel, et le poulain se retrouve souvent seul, privé de contact, c'est un énorme traumatisme qu'il gardera toute sa vie.
  • Le travail a amené son lot de maltraitances : manque de soins, de nourriture, d'eau.
  • Mutilations diverses : écourtage de la queue, marque au fer rouge, langue coupée (courses).
  • 1ère école vétérinaire en 1762, 1ère loi française pour la protection des animaux en 1850.
  • L'équitation traditionnelle et sportive provoque trop souvent de graves troubles physiques et mentaux : enfermement, enrênement, harnachement, utilisation intensive et non appropriée.

 

Quelques rappels »  Ethologie et chuchoteurs »  Communiquer avec son cheval